DOTS12 – « Comment ouvrir une nouvelle voie aux meilleures stars d’Asie »

« Si les fans de TVXQ sont réellement 800 000… »

[Conférence] Tak Hyun Min, Professeur à l’Université de Hanyang, « Comment ouvrir une nouvelle voie aux meilleures stars d’Asie »


15 août 2009, Séoul – L’affaire TVXQ, qui a eu lieu en raison des contrats abusifs de SM Entertainment, peine à être résolue. Un consensus concernant les moyens d’éviter un deuxième cas TVXQ commence à se dessiner : les producteurs d’envergure du show business possédant des capitaux doivent trouver un moyen de transcender le modèle de l’apprentissage draconien et s’aider des médias pour trouver un meilleur système de management des célébrités.

Le 14 [août], une conférence culturelle collaborative organisée par Munhwayeondae et intitulée Mise en lumière des problèmes du système de management des célébrités et solutions alternatives au regard du cas TVXQ, s’est tenue à la salle de conférences Francesco. Pour le professeur Tak Hyun Min, intervenant : « Quand bien même SM agiterait le drapeau blanc, le problème ne s’arrêterait pas là, » car pour résoudre les problèmes les plus profonds « nous devons trouver un moyen pour les célébrités de travailler sans avoir à dépendre d’agences artistiques gigantesques. »

La logique de SM, « Si vous nous nous quittez, vous ne pourrez pas être aussi célèbres que vous l’êtes maintenant », doit être brisée.


D’après le professeur Tak, « Même au début des années 90, les agences artistiques de grande ampleur n’existaient pas. À l’époque, les artistes signaient chez des maisons de disques, qui, il est vrai, étaient en position de force pour ce qui est des droits des artistes. ». Le professeur a ensuite mis l’accent sur le fait suivant : « Celui qui a brisé cette relation inégalitaire, c’est Seo Taiji. ». Bien qu’aujourd’hui la norme soit une organisation hiérarchique dirigée par une seule personne, dans les années 90, c’était extrêmement rare. Le professeur Tak a ajouté : « Seo Taiji a fondé sa propre agence de façon à ne pas dépendre d’une maison de disques ou des médias, et de façon à pouvoir produire la musique qu’il désirait avec son groupe. » avant de révéler sa position sur le sujet : « Bien que les intérêts personnels de TVXQ dans cette affaire soient importants, je souhaite pour le bien de la musique populaire coréenne, dont le cœur est constitué d’idoles et de groupes similaires, que [TVXQ] ouvre la voie vers une réforme du système de l’industrie de la pop culture. »

Lorsqu’un fan de TVXQ a ajouté « Malgré ce que vous dites, ce ne sera pas si facile pour TVXQ de changer le système comme ça », le professeur a répondu : « Si TVXQ a réellement 800 000 fans et que ces fans se battent aux côtés des trois membres (Youngwoong Jaejoong, Micky Yoochun, Xiah Junsu) qui ont demandé à ce que leur contrat d’exclusivité soit résilié, alors c’est plus que possible. » Le professeur a ensuite expliqué que si SM a pu se débarrasser de H.O.T en disant « si vous nous quittez, vous ne pourrez pas être aussi célèbres que vous l’êtes maintenant » c’est parce que SM croit en ce principe. Ce qui signifie que si les activités de TVXQ sont couronnées de succès même après avoir quitté [SM], le problème change du tout au tout.

Le professeur Tak a continué : « Ce qui va permettre à ces hommes [de devenir des pionniers de l’industrie de la K-pop], c’est le soutient financier des consommateurs et des fans. » de plus « Si TVXQ et les 800 000 membres de Cassiopeia arrivent à réaliser cet exploit, ce sera un exemple où notre industrie musicale aura été changée de bout en bout [par le pouvoir des fans]. » Le professeur a ajouté que le message de Cassiopeia « ne devrait pas être une incitation à boycotter SM. Ce qu’il faut, c’est dire aux deux membres restants qu’ils peuvent sortir du système s’ils le souhaitent, que ce n’est pas grave, parce qu’ils n’ont pas besoin d’une entreprise gigantesque pour survivre, parce que Cassiopeia est là pour les aider. »

En cas de rupture de contrat, la pénalité financière que TVXQ devrait payer s’élève à 300 millions d’euros


L’intervenant suivant, Lee Dong Yeon, professeur à l’Ecole des Arts de Corée, a fait la remarque suivante : « Les clauses du contrat qui lie TVXQ à SM précisent très clairement qu’en cas de rupture de contrat la pénalité que le groupe doit payer à l’agence est de 300 à 350 millions d’euros. Pour un contrat entre l’un des meilleurs boys bands d’Asie et l’une des meilleurs agences artistiques du pays, on peut dire que les clauses sont particulièrement injustes. » Il a ensuite ajouté : « Si SM ne souhaite pas voir la séparation de ses groupes au sommet de leur gloire, l’agence devra inévitablement adopter une position plus progressiste et plus prévoyante », ce qui inclurait une répartition transparente des revenus ainsi qu’un modèle équilibré de distribution des revenus et des primes.

Le professeur Lee Dong Yeon demande à ce que Cassiopeia prenne des mesures agressives/enthousiastes. Pour le professeur, « Tout d’abord, vous devez faire savoir à SM que vous trouvez la position des trois membres juste et intègre, que maintenant que les trois membres ont décidé de quitter SM en passant par la justice, leurs fans sont derrière eux et ne toléreront plus aucun abus envers les cinq membres de la part de l’agence ou des managers ; voilà le genre d’attitude agressive que les fans doivent montrer. » Il a aussi ajouté : « Je crois que les talents de TVXQ en termes de chant et de danse sont actuellement les meilleurs sur le marché asiatique des idoles. Si chacun d’entre vous (Cassiopeia) les soutient, ils devraient pouvoir réussir seuls sans aucun problème. »

L’affaire TVXQ ne doit être vue comme une question d’argent mais comme une question d’atteinte au Droit à la Santé et aux Droits de l’Homme


Pendant la conférence d’aujourd’hui, une fan de TVXQ, madame Kim Euna, a révélé la position des fans : « Durant les 68 mois qui ont suivi le début des activités de TVXQ, le groupe a fait six fois le tour du monde. » À aucun moment le groupe n’a eu une période de repos de plus de deux semaines. « Une fois, le groupe s’est rendu à Taïwan juste après une de leur tournée au Japon, et a ainsi dû chanter et danser sur un répertoire complètement différent, parler dans une langue différente, dans la même semaine. Un tel emploi du temps a conduit les fans à dire que ce doit être pour cela que leur nom inclut ‘la force d’un dieu’ » Kim Eun A a ajouté : « Parce que le courage de trois des membres a été nécessaire pour qu’un tel procès ait lieu, nous vous demandons de ne pas considérer cette affaire comme étant une simple question d’argent, mais comme étant une question d’atteinte au Droit à la Santé et aux Droits de l’Homme. SM, si vous n’avez pas l’intention de mettre fin à vos contrats d’esclavage, ayez au moins la décence de laisser les cinq membres partir et de ne pas interférer avec leurs activités. Si [SM] ajoute des membres au groupe TVXQ, ce groupe sera considéré comme n’étant rien de plus qu’une contrefaçon de notre TVXQ. »

Même si l’autorité en question avait été déléguée à l’agence de façon globale, cette autorité reste limitée


L’avocat Park Ju Min, du cabinet d’avocats Hangyeol, a discuté des aspects légaux de cette affaire : « Même si une agence revendique le fait qu’on lui ait délégué le droit d’exercer une quelconque autorité sur un artiste de façon légitime [Note : le concept en question est celui d’après lequel en signant leur contrat les membres de TVXQ ont volontairement renoncé à l’ensemble de leurs droits fondamentaux], l’agence reste dans l’obligation d’obtenir la permission [de l’artiste] pour ce qui est des projets personnels [de l’artiste]. » L’avocat a ensuite ajouté : « Il est parfaitement possible pour une agence de remplir son rôle envers ses artistes tout en conservant son autorité. Cette affaire a révélé une tendance selon laquelle dans les relations entre agences et artistes, ce sont les artistes qui se situent en position de faiblesse ; mais, en acceptant cette réalité, il est possible d’affecter cette autorité à la protection des artistes. »

De plus, « la pénalité financière de 300 millions d’euros que TVXQ aurait à payer en cas de rupture de contrat est bien trop élevée, » et, « aussi sévère qu’est l’injustice du contrat, la responsabilité qui est attribuée [à SM] dans cette affaire n’est pas assez importante et progressivement minimisée. »

Il est aussi à noter que les représentants de SM ont été invités à plusieurs reprises à la conférence mais n’ont pas répondu à cette invitation.

Traduction en français par MarieDOT_France

Article original : http://thejyjfiles.wordpress.com/2011/01/1…80%9D/#more-207
Source : Mediaus.ko.kr
Traduction en anglais : Jimmie@TheJYJFiles

Advertisements
This entry was posted in Français and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s